logo_cget_texte-site

mairie-paris-c-2

Objectifs de Ludilangue

■ Permettre un complément ludique à l’apprentissage du français

■ Développer la confiance en soi et l’autonomie

■ Lutter contre l’illettrisme et l’exclusion

■ Égalité Hommes-Femmes

Le but de LUDILANGUE est d’animer des ateliers sociolinguistiques ludiques pour des apprenant-e-s (adultes) de niveau A1, A2 et B1. La fréquence des séquences peut être hebdomadaire ou bis-mensuelle durant un trimestre ou une année scolaire. Une thématique et des sous-compétences sont définies pour chaque séance. Des objectifs de communication (orale et écrite) sont également déterminés. Les séquences pédagogiques sont construites à partir de jeux de société, jeux de rôle, jeux de cartes sur des thématiques de la vie quotidienne. Les apprenant-e-s doivent mobiliser des connaissances en grammaire, en conjugaison, en orthographe, en phonétique, en conversation orale pour participer à ces propositions ludiques.

Voici un exemple concret d’une séance. Le thème abordé est «  les loisirs  ». La sous-compétence développée est «  exprimer ses goûts en matière de loisirs, donner son opinion  ». L’objectif de communication écrite est  la maîtrise des accents, l’objectif de communication orale est «  pouvoir débattre sur un sujet sans connaître tout le vocabulaire nécessaire  ». La séance s’organise en quatre phases.

Une phase 1 de découverte qui consiste à rechercher et mettre en commun du vocabulaire en rapport avec le sujet. Chacun des apprenants doit au moins trouver un mot de vocabulaire, que ce soit un nom, un verbe, un adjectif (etc.) S’il manque des mots importants, l’animatrice ou l’animateur peut les rajouter. Il est important que chaque apprenant reçoive un mail avec la liste de ce vocabulaire après la séance.

Une phase 2 de jeux / exercices où l’on travaille un ou plusieurs points de conjugaison ou de grammaire , souvent par équipe et sous un angle compétitif (avec un système de points pour chaque bonne réponse par exemple). Chaque jeu doit réutiliser le vocabulaire vu dans la phase 1. Dans cette phase, les apprenants doivent écrire les accents sur des mots dont on a effacé les accents (aigus, graves et circonflexes), et dans un second jeu doivent conjuguer des verbes dans des phrases dont le verbe est écrit à l’infinitif, par exemple  : NOUS  : Une fois par semaine, SORTIR avec SES amis dans Paris.

Une phase 3 de jeux / exercices sur la syntaxe ou la phonétique (en réutilisant encore le vocabulaire de la phase 1). Dans cette phase les apprenants doivent remettre dans l’ordre les mots d’une phrase qui ont été mis dans le désordre. Ils doivent toujours commencer par trouver le verbe conjugué et ensuite le pronom personnel qui le détermine. Par exemple, dans la suite de mots «  Jamais – cinéma – ne – au – vous – films – de – regardez  », ils doivent retrouver le verbe «  regardez  », remarquer la terminaison en «  -ez  » et donc chercher le sujet «  vous  ». Puis ils continuent leur raisonnement jusqu’à trouver la phrase «  Vous ne regardez jamais de films au cinéma  ». On ne compte que les réponses qui contiennent le raisonnement en entier, jamais les réponses qui proposent directement la réponse finale sans le raisonnement.

Une phase 4 de jeux de rôles où la facilitatrice attribue à chaque groupe d’apprenants (généralement de deux à quatre) un sujet qu’ils devront développer sous la forme d’un dialogue à présenter devant les autres apprenants. Par exemple, pour cette séance les sujets sont  :

– groupe 1  : interview d’une star de cinéma qui décrit ses loisirs de luxe au journaliste qui lui pose des questions (2 personnes)

– groupe 2  : des amis essayent de se mettre d’accord sur la sortie qu’ils veulent faire ce week-end (4 personnes).

– groupe 3  : Deux personnes se rencontrent en speed dating et essayent de trouver des points communs sur leurs loisirs mais ne s’entendent pas du tout et finissent par se disputer.

Ces séquences pédagogiques répondent à un besoin de plus en plus important d’apprentissage oral de la langue française. Les apprenant-e-s sont acteurs de leur apprentissage. Ils développent une confiance en soi et une autonomie à travers une démarche divertissante. Le langage devient ainsi un vecteur de circulation d’idées, de partage et de dialogue.

 

La 20e Chaisedanube-2