Anne Marchionini

Anne Marchionini

sans-titre

Après ses études et quelques premières expériences professionnelles dans la sociologie et la médiation culturelle, Anne se lance dans le théâtre.  Elle se forme à l’École du Jeu avec Delphine Eliet et dans divers ateliers et stages professionnels (avec les Chantiers Nomades et l’Afdas, la Nef Manufacture d’utopies – pour la marionnette, le Théâtre du Peuple de Bussang, le cours Peyran-Lacroix …).

Amoureuse des textes, elle joue des auteurs «classiques» (Shakespeare, Tchekhov, Molière, Claudel, Garcia Lorca), et contemporains (Sarah Kane, Laurent Gaudé…) au cours d’ateliers ouverts et spectacles d’école. Comédienne au sein de la compagnie LAO (Mr Kolpert de D. Gieselmann, Le cimetière des éléphants de JP Daumas, La Collection d’Harold Pinter), elle a aussi participé à la création de La femme comme champ de bataille avec le collectif Corps de Métier, au Théâtre du Hublot. Elle a joué dans une dizaine de courts métrages et participé à des lectures, et elle interprète des visites théâtrales au Centre Pompidou. Parallèlement à ses expériences de comédienne, elle travaille comme chargée de production/diffusion et plus récemment assistante ou collaboratrice artistique (avec la compagnie L’Oubli des cerisiers – Stéphanie Schwartzbrod et Nicolas Struve, des compagnies dédiées au jeune public ; et actuellement avec Alberto Garcia Sanchez, Chantal Morel …). Elle couve aussi quelques projets personnels à ses heures perdues. Elle s’intéresse au théâtre comme outil d’intervention sociale, vecteur d’échanges, de réflexion collective et de transformation. Ce peut-être à ses yeux un chemin formidable à la rencontre de l’autre – comme de soi-même, un chemin à la rencontre d’une commune humanité. C’est ce qui la motive à rejoindre la Compagnie Dassyne pour jouer le rôle d’Amandihya, très heureuse de participer à sa création en Algérie.